lunes, 22 de junio de 2020

Copie du portrait de Joachim Jean Pierre Raoul de la Barre de Nanteuil. Copia del retrato de Joachim Jean Pierre Raoul de la Barre de Nanteuil. Copy of the portrait of Joachim Jean Pierre Raoul de la Barre de Nanteuil.


Joachim Jean Pierre Raoul de la Barre de Nanteuil
par Jacques Barcat (1906)
Copie de l'original (École Française du XVIIIème siècle Coll. privée)
Huile sur toile sans cadre 27 x 35 
Photo Famille de la Barre de Nanteuil


Joachim Jean Pierre Raoul de la Barre de Nanteuil
par Jacques Barcat (1906)
Copie de l'original École Française du XVIIIème siècle coll. privée
Huile sur toile avec cadre
Photo Famille de la Barre de Nanteuil


Signature de Jacques Barcat et date de 1906 
Photo Famille de la Barre de Nanteuil



Joachim Jean Pierre Raoul de la Barre de Nanteuil
École française du XVIIIème siècle. Auteur anonyme. Collection privée
Archives de Wikimedia Commons


Croix de l'Ordre Royal et Militaire de Saint Louis 
Rama, travail personnel pour Wikimedia Commons



 
Armoiries de la famille de la Barre de Nanteuil
Cyrille de Nanteuil. Travail personnel pour Wikimedia Commons


Liste de clients de Jacques Barcat à sa sortie des Beaux-Arts de Paris
 et première exposition au Salon des Artistes Français avec le portrait du chimiste L'Hôte.
Noms de ses professeurs aux Beaux-Arts de Paris.
Documents de la famille Mollière Barcat


Au début de 2014, de Versailles, un descendant de Joachim de la Barre de Nanteuil, noble de la cour de Louis XV ici représenté, entra en contact avec moi parce que, parmi ses frères et sœurs, on conservait une copie assez fidèle du portrait original de l'École Française du XVIIIème siècle et qui avait été réalisée par mon grand-père en 1906. Il désirait savoir si son arrière-grand-père Joseph de la Barre de Nanteuil, qui habitait au château de la Chapelle du Bois des Faulx en Normandie et qui vraisemblablement aurait fait la commande de la copie, maintenait une relation d'amitié avec le peintre, où ils s'étaient connus et si le peintre avait exécuté d'autres œuvres pour la famille de la Barre de Nanteuil. Il est bien certain que Jacques Barcat était un portraitiste réputé dès sa sortie des Beaux-Arts à Paris et que plusieurs familles de la noblesse ou de la bourgeoisie parisienne lui faisaient des commandes. Mais je n'avais pas connaissance de ses amitiés à Paris dans sa jeunesse. Peu à peu, grâce à mon cousin qui habite aussi à Versailles, nous avons échangé des lettres et des documents en découvrant que Jacques Barcat avait pour amis deux de ses clients qui furent invités à son mariage le 27 décembre 1905 et que tous deux firent aux jeunes mariés un beau cadeau en cette occasion. Aucun d'eux pourtant ne put assister à la cérémonie, car le mariage de mes grands-parents fut célébré loin de Paris à Mondoubleau, dans le Loir et Cher, peu avant le nouvel an. C'était le baron de la Barre de Nanteuil qui habitait au château de La Chapelle du Bois des Faulx en Normandie ainsi que le baron de Sénevas qui habitait  à Paris.
Parlons maintenant du personnage qui est représenté sur le portrait. Il s'agit d'un jeune homme né en 1743 aux Andelys qui fut tout d'abord page de la reine Marie Leszczynska, l'épouse  de Louis XV d'origine polonaise. Puis il entra dans une compagnie de Gardes du Corps du roi, ce qui lui permit de connaître alors un brigadier qui, comme lui, était normand et qui deviendra son beau-père un peu plus tard. Sous le règne de Louis XVI, il exerça comme Lieutenant des Maréchaux de France à Andely et il fut alors nommé par le roi Chevalier de l'Ordre Royal et Militaire de Saint Louis, ordre créé par Louis XIV. On peut observer qu'il en porte la croix honorifique sur la redingote de son uniforme, croix que l'on retrouve sur l'écusson des armoiries de la famille situé en haut du portrait. Sous le règne de Louis XVIII Joachim reçut le titre de comte, titre de "courtoisie" héréditaire attribué à la famille de la Barre de Nanteuil pour cinq siècles de services rendus à la dynastie des Bourbons. Ce titre est décliné en vicomte ou baron chez les nombreux héritiers. Joachim fut maire de sa ville natale Les Andelys où il mourut en 1833 après avoir de même été Président du Conseil général de l'Eure qui était le département de cette ville normande.
En ce qui concerne la copie exécutée par Jacques Barcat, elle n'offre pas exactement l'expression du visage de l'original du XVIIIème siècle qui est moins dure. Le peintre était naturaliste et bien qu'il ait copié de nombreuses œuvres d'art pendant sa formation artistique, il savait mieux transmettre ce que son œil percevait dans l'espace. 



A principios de 2014, desde Versalles, un descendiente de Joachim de la Barre de Nanteuil, noble de la corte de Luis XV aquí retratado, entró en contacto conmigo porque entre sus hermanos se conservaba una copia bastante fiel del retrato original de la Escuela Francesa del siglo XVIII y que había sido realizada por mi abuelo en 1906. Él deseaba saber si su bisabuelo Joseph de la Barre de Nanteuil que vivía en el castillo de La Chapelle du Bois des Faulx en Normandía y que muy probablemente habría encargado hacer la copia, tenía una relación de amistad con el pintor, en qué lugar se conocieron y si Jacques Barcat había ejecutado otras obras para la familia de la Barre de Nanteuil. Bien es cierto que el pintor era un retratista de renombre desde su salida de Bellas Artes  y que varias familias de la nobleza y de la burguesía le hacían encargos. Pero yo no tenía datos sobre sus amistades en Paris durante su juventud. Poco a poco, gracias a mi primo que también vive en Versalles, hemos intercambiado cartas y documentos, descubriendo que Jacques Barcat tenía amistad con dos clientes suyos que fueron invitados a su boda el 27 de diciembre 1905 y que los dos hicieron a los novios un bonito regalo en esta ocasión. Sin embargo ninguno pudo asistir a la ceremonia, ya que mis abuelos se casaron lejos de París en Mondoubleau (Loir et Cher) poco antes del año nuevo. Se trataba de Joseph de la Barre de Nanteuil que vivía en el castillo de La Chapelle du Bois des Faulx en Normandía, así como del barón de Sénevas que tenía domicilio en París.
Hablemos ahora del personaje retratado. Es un hombre joven nacido en 1743 en Les Andelys y que fue primero paje de la reina María Leszczynska, la esposa de Luis XV de origen polaco. Luego entró en una compañía de Guardias de Corps del rey, lo que le permitió conocer a un brigadier que como él era normando y será su suegro poco tiempo más tarde. Durante el reinado de Luis XVI, ejerció como Lugarteniente de los Mariscales de Francia en Andely y entonces fue nombrado por el rey Chevalier de l'Ordre Royal et Militaire de Saint Louis, orden  creada por Luis XIV. Se puede observar que lleva de ella la cruz honorífica en la levita de su uniforme, cruz que volvemos a encontrar en la insignia de las armerías  de la familia situada en la esquina superior del cuadro. Bajo el reinado de Luis XVIII Joachim recibió el título de conde, título de "cortesía" hereditario atribuido a la familia de la Barre de Nanteuil por cinco siglos de servicios rendidos a la dinastía de los Borbones. Este título adoptó las formas de vizconde o barón en los herederos. Joachim fue elegido alcalde de su pueblo natal les Andelys donde murió en 1833 después de haber sido también Presidente del Consejo General del Eure que era el departamento de esta ciudad de Normandía.
En lo que concierne la copia ejecutada por Jacques Barcat, no ofrece exactamente la expresión del rostro del original del siglo XVIII que es menos dura. El pintor era naturalista y, aunque haya copiado numerosas obras de arte durante su formación artística, sabía transmitir mejor  lo que su ojo percibía en el espacio.



At the beginning of 2014, from Versailles, a descendant of Joachim de la Barre de Nanteuil, a noble of the court of Louis XV, here portrayed, got into touch with me because, between his siblings, a very similar copy of the original portrait from the 18th Century’s École Française was conserved, and it was painted by my grandfather in 1906. He desired to know if his great-grandfather, Joseph de la Barre de Nanteuil, who lived in the La Chapelle du Bois des Faulx Castle in Normandy, and that very likely would have asked to paint the copy, had any friendship with the painter, in what place they met and if Jacques Barcat would have executed other works for the de la Barre de Nanteuil family. It is true that the painter was a renowned one for his portraits since he finished his studies in Fine Arts, and that several noble and bourgeois families asked him for artistic orders. But I did not have any information about his friendships in Paris during his youth. Little by little, thanks to a cousin that also lives in Versailles, we have exchanged letters and documents, discovering that Jacques Barcat was the friend of two of his clients and that they were invited to his wedding on December 27th 1905, and that both of them offered to the bride and groom a nice present on the occasion. However, none of them could attend the ceremony as my grandparents got married far from Paris, in Mondoubleau (Loir et Cher), right before New Year’s. They were Joseph de la Barre de Nanteuil, who lived in the La Chapelle du Bois des Faulx Castle in Normandy, and the Sénevas Baron, who lived in Paris.
Let us talk now about the character portrayed. He is a young man who was born in 1743 in Les Andelys. He was first a page of the Queen Maria Leszczynska, wife of Louis XV, of Polish origin. Later he entered in a Society of Guards Corps of the king, which enabled him to know a brigadier that, as him, was from Normandy and he will later soon be his father-in-law. During the reign of Louis XVI, he worked as Deputy of the Marshals of France in Andely. Then, he was appointed by the king Chevalier de l'Ordre Royal et Militaire de Saint Louis, order created by Louis XIV. It can be observed that he is wearing the cross of this order in the frock coat of his uniform, cross that we will later find in the armoury insignia of the family situated in the upper corner of the painting. Under the kingdom of Louis XVIII, Joachim received the title of Count, a hereditary title given “by courtesy”, assigned to the de la Barre de Nanteuil family during five centuries of services offered to the Bourbon Dynasty. This title adopted the forms of Viscount or Baron in the heirs. Joachim was elected mayor of his natal village, Les Andelys, where he died in 1833 after having been also President of the General Council of Eure, that was the department of this city in Normandy.
In which concerns to the copy executed by Jacques Barcat, it does not offer exactly the expression of the original from that of the 18th Century that is less harsh. The painter was a naturalist and, even though he copied several art works during his artistic formation, he knew how to transmit better what his eye perceved in the space.
(Translation Cassandra Villalba) 
 


Le Château de La Chapelle du Bois des Faulx au début du XXème siècle..
Propriété de Joseph de la Barre de Nanteuil depuis 1880..


Joseph de la Barre de Nanteuil à La Chapelle au début du XXème siècle
Photo famille de la Barre de Nanteuil



Lettre du Baron de Nanteuil à Jacques Barcat pour son mariage.
Documents Famille Mollière-Barcat

Les sept enfants de Joseph de la Barre de Nanteuil et de son épouse Charlotte de Graveron
Bernard, Jean, Antoinette, Charlotte, Marie-Thérèse, Gabriel et Élisabeth.
Photo Famille de la Barre de Nanteuil 


Le Baron et la Baronne de la Barre de Nanteuil font part du mariage de leur fille Antoinette avec Christian, un cousin lointain de la même famille. Antoinette sera la grand-mère des descendants qui conservent la copie du portrait de Joachim exécutée par Jacques Barcat et qui m'ont envoyé photos et données pour sa présentation sur le blog.



Une petite-fille de Joseph, Agnès de la Barre de Nanteuil, fille de Gabriel, mourra pour la France  à 21 ans en 1944, après avoir été arrêtée à Vannes et torturée par la Gestapo pour avoir participé activement à la Résistance. Elle est victime d'une ataque aérienne au cours de son transport en train vers l'Allemagne et meurt de ses blessures à la gare de Paray-le-Monial.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Agn%C3%A8s_de_La_Barre_de_Nanteuil
https://en.wikipedia.org/wiki/Agn%C3%A8s_de_La_Barre_de_Nanteuil

Anne Barcat

sábado, 30 de mayo de 2020

Vue par la fenêtre sur un jardin de ville. Vista desde la ventana sobre un jardín urbano. View from a window to an urban garden.


Jacques Barcat 1909
Vue par la fenêtre sur un jardin de ville sans cadre
Huile sur toile 60 x 75


Jacques Barcat 1909
Vue par la fenêtre sur un jardin de ville avec cadre
Huile sur toile 60 x 75


Signature de Jacques Barcat et date de 1909


Nul ne sait le nom de la ville où se trouvait le peintre lorsqu'il a réalisé cette huile. La famille qui l'a achetée sur un coup de coeur, la même famille qui possède les deux vues sur un jardin de l'entrée précédente du blog, l'a appelée Viels-Maisons depuis toujours, car ce tableau évoquait la petite ville de l'Aisne où elle avait longtemps habité. Sans pouvoir rien affirmer, compte tenu de la date, ce paysage urbain me semble représenter une vue d'une fenêtre de la Garenne-Colombes où mes grands-parents ont vécu après leur mariage de 1905 à 1920.
 

Nadie sabe el nombre de la ciudad en la cual se encontraba el pintor cuando realizó este óleo. La familia que lo compró bajo un impulso, la misma familia que posee las dos vistas sobre un jardín de la entrada anterior del blog, lo llamó Viels-Maisons desde siempre, pues este cuadro evocaba la pequeña ciudad del departamento del Aisne donde vivió muchos años. Sin poder afirmar nada, tomando en cuenta la fecha, este paisaje urbano me parece representar una vista desde una ventana de la Garenne-Colombes donde mis abuelos vivieron en la calle de Plaisance después de su boda desde 1905 hasta 1920.


Nobody knows the name of the city where the painter was when he made this oil painting. The family that bought it under an impulse, the same family owner of the two garden landscapes described in the previous blogpost, called it “Viels-Maisons” from the very beginning as this painting recalled the small town of the French department Aisne where they had lived for a long time.  Without being able to state it,  by date I think this urban landscape represents the view from a window in La Garenne-Colombes  where my grandparents lived in Plaisance Street after their marriage from 1905 to 1920.

(Translation David Caño Barcat)

En remerciement de la personne qui m'a procuré la photo de ce tableau, je joins ce blog sur le village de Viels-Maisons dans l'Aisne: 
http://aufildelaisne.eklablog.com/les-jardins-de-viels-maisons-a40017394


Anne Barcat (Nano)

domingo, 22 de marzo de 2020

Deux vues sur un jardin au début du XXème siècle. Dos vistas a un jardín al principio del siglo XX. Two views on a garden at the beginning of the 20th Century.


Première vue sur un jardin (1911)
Jacques Barcat
Huile sur toile sans cadre
41 x 27


Première vue sur un jardin (1911)
Jacques Barcat
Huile sur toile avec cadre


Signature  de Jacques Barcat et date 1911



Deuxième vue sur un jardin (1912)
Jacques Barcat
Huile sur toile sans cadre
38 x 46


Deuxième vue sur un jardin (1912)
Jacques Barcat
Huile sur toile avec cadre  


Signature Jacques Barcat et date 1912




Depuis longtemps, une aimable dame de Calais désirait me faire connaître ces oeuvres de mon grand-père qu'elle avait reçues de ses parents. Celles-ci avaient été acquises par eux sur un coup de coeur chez des antiquaires et ils savaient seulement que le peintre avait une certaine renommée, mais ils ne l'avaient pas connu. Grâce à ce blog, la propriétaire a pris contact avec moi pour m'envoyer les photos des tableaux et m'a donné la permission de faire connaître ces oeuvres que je n'avais jamais vues et qui correspondent à la jeunesse de l'artiste quand il habitait encore à Paris après son mariage. Personne ne sait si ces deux tableaux montrent deux angles d'un même jardin (des arbres très semblables sur les deux tableaux pourraient le suggérer) ou s'ils représentent des jardins différents.  On ne sait pas non plus s'il s'agit de Paris,  La Ferté-Bernard, Mondoubleau ou Le Mans où la belle-famille du peintre avait des propriétés.  Mais peu importe. La vue de 1911 offre une végétation exubérante dans un effet de clair-obscur très esthétique. Quant à la vue de 1912, elle est tout à fait naturaliste, en ce sens que Jacques Barcat s'est assis devant deux arbres dont les troncs proches de lui pouvait gêner sa perspective comme les barreaux d'une fenêtre, mais il les a peints tels qu'il les voyait à quelques pas de son chevalet. Leur présence au premier plan rend plus mystérieuse la cabane de bois pourtant ensoleillée qu'on découvre derrière eux.


Desde hace mucho tiempo, una amable señora de Calais deseaba darme a conocer estas obras de mi abuelo que ella había recibido de sus padres. Éstas habían sido compradas por ellos a unos anticuarios en una corazonada y sabían que el pintor tenía cierta fama, pero no le conocieron. Gracias a este blog, la propietaria tomó contacto conmigo para mandarme las fotos de los cuadros y me dio permiso para dar a conocer estas obras que yo no había visto nunca y que corresponden a la juventud del artista cuando vivía todavía en Paris después de casarse. Nadie sabe si estos dos cuadros muestran dos ángulos de un mismo jardín (árboles muy parecidos podrían hacerlo suponer) o si representan jardines diferentes. Tampoco se sabe si se trata de Paris,  La Ferté-Bernard,  Mondoubleau o Le Mans donde la familia política del pintor tenía propiedades. Pero poco importa. La primera vista  de 1911 ofrece una vegetación exuberante  un efecto de claro-oscuro muy estético. En cuanto a la vista de 1912, es totalmente naturalista, ya que Jacques Barcat se sentó delante de dos árboles cuyos troncos cércanos podían molestar su perspectiva como las rejas de una ventana, pero los pintó tal como los veía a pocos pasos de su caballete. Su presencia en primer plano da más misterio a la cabaña de madera que aparece tras ellos, a pesar del sol que la ilumina.


From a long time ago, a kind lady from Calais desired to make me know these works painted by my grandfather that she received from her parents. These were bought by them in an antiques shop in a hunch, because they knew that the painter had certain fame, but they did not know him. Thanks to this blog, the owner contacted me to send me pictures of the paintings and gave me the permission to make them known. I had never seen them and they correspond to the youth of the artist when he still lived in Paris after getting married. Nobody knows if these two paintings show two angles of the same garden (very similar trees might make us think this) or if they represent different gardens. We do not know if it is Paris, La Ferté-Bemard, Mondoubleau or Le Mans where the in-laws of the painter had properties. But it does not matter. The first painting is from 1911 and it offers a landscape of exuberant vegetation and a very beautiful chiaroscuro effect. The second painting from 1912 is completely Naturalist, since Jacques Barcat seated in front of the trees whose close trunks could disturb his perspective like the bars of a window, but he painted them as he saw them from a close distance from his easel. His close-up presence adds more mystery to the wood cottage that appears behind them, despite of the sun shining.
(Translation Cassandra Villalba)


Anne Barcat (Nano)